Initiation à l'étude des libertés - prochaine séance, le 26 novembre à 19H

L'autogestion implique la liberté. L'atteinte aux libertés est un instrument classique des organisations basés sur la domination d'un groupe par un autre, voir la domination d'un individu sur des groupes.

 

Dans une perspective de donner les outils de défense face aux techniques utilisées pour organiser la répression et les faire valider par les autorités, une personne propose une fois par mois une initiation à l'étude du droit, notamment des libertés nécessaires à l'autogestion.

 

Loin de reproduire le système hiéarchique des systèmes éducatifs actuels, elle propose de partir d'une situation concrète ou d'une demande d'une ou plusieurs personnes pour étudier le corps de règles et les alternatives applicables à ladite situation.Dans ces cours, des outlis sont transmis pour que les personnes puissent arriver à s'émanciper dans la recherche du savoir, son utilisation et son application aux situations concrètes à laquellle les êtres humains sont confrontés à chaque instant.

 

Cette expérience est une invitation à une transmission et une construction collective des savoirs entre les humains.

 

Ainsi, en réaction aux expulsions du 12 octobre 2011, une séance d'initiation au flagrant délit de dégradation de bien privé a eu lieu le 22 octobre au centre social autogéré où nous avons pu ensemble présenter les règles appliquables et les implications juridiques et pratiques d'une telle qualification, utilisée par le pouvoir, pour assurer matériellement ces expulsions. Une version écrite sera bientôt mise en ligne.

A la fin de la séance, une demande relative au délit de solidarité a été exprimée.

 

Par conséquent, le 26 novembre, nous étudierons tous les aspects, des causes aus effets, de la question de la criminalisation de l'aide aux personnes, au motif qu'elles ne diposent pas du droit de vivre près de nous.