Lettres au préfet

Publié le par C.R.E.A - C.S.A

Lettre pour la défense du 16 all des Demoiselles:

puis

Lettre pour la défense du CREA

 

envoyez-nous aussi des lettres de soutien, merci!

 

 

 

A l’attention de M. Henri-Michel Comet, Préfet de Haute Garonne 

 

Toulouse, le ............

 

 

Objet : Expulsion des occupants sans droits ni titre du bâtiment situé au 16 allées des demoiselles, 31400 Toulouse

 

 

Monsieur,

 

Je soussigné(e) ………………………………… résidant au ………………………………………………..vous fait, par la présente, part de mon indignation concernant la possible expulsion du 16 allées des demoiselles 31400 Toulouse.

 

En effet ce bâtiment squatté, qui était vide depuis au moins 4 ans, abrite aujourd’hui 5 familles dont une dizaine d’enfants et deux jeunes précaires, auparavant sans domicile.

 

Leur acte, aussi illégal soit-il, est pour moi justifie et légitime étant donné le contexte politique actuel qui criminalise toute forme de solidarité et ne permet pas aux individus les plus démunis de trouver en l’état Français le garant d’une vie digne et stable.

 

Remettre ces personnes à la rue, étant donne les conditions climatiques actuelles, serait faire preuve d’une extrême dureté et d’un mépris sans nom pour la condition humaine.

 

En conséquence je m'oppose fermement à l'envoi des forces de polices pour laisser à ces personnes la possibilité et le temps nécessaire afin de trouver les solutions qui leur conviennent.

 

Salutations populaires.

 

(Signature)

 

 

 

 

Lettre pour la défense du CREA.

 

 

 

A l’attention de M. Henri-Michel Comet, Préfet de Haute Garonne 

 

Toulouse, le ............

 

 

Objet : Expulsion des occupants sans droits ni titre du Centre Social Autogéré situé au 70 allées des demoiselles, 31400 Toulouse

 

 

Monsieur,

 

Je soussigné(e) ………………………………… résidant au ………………………………………………..vous fait, par la présente, part de mon indignation concernant la possible expulsion du Centre Social Autogéré du 70 allées des demoiselles 31400 Toulouse.

 

En effet ce bâtiment squatté, qui était vide depuis au moins 2 ans, abrite aujourd’hui 7 familles dont une quinzaine d’enfants et dix jeunes précaires, auparavant sans domicile.

 

Leur acte, aussi illégal soit-il, est pour moi justifie et légitime étant donné le contexte politique actuel qui criminalise toute forme de solidarité et ne permet pas aux individus les plus démunis de trouver en l’état Français le garant d’une vie digne et stable.

D'autre part, cette expulsion mettrait fin à l'existence du Centre Social Autogéré, un lieu de vie solidaire et populaire dans lequel s'investissent beaucoup d'habitants du quartier et de la ville.

 

 

En conséquence je m'oppose fermement à la procédure judiciaire qui réclame leur expulsion et vous demande de mettre fin à toute forme de menace sur l'existence de ce lieu autogéré. 

 

Salutations populaires.

 

(Signature)

 

Publié dans campagne réquisitions

Commenter cet article